Eco-TIC

Sur cette page, je viens vous parler d'Informatique Ethique

Une informatique responsable et durable (Green IT en anglais ou Eco-TIC en français).

Consommation d’énergie grise et émission de CO2 : L’internet

Les grandes salles informatiques qui font fonctionner l’internet d’aujourd’hui sont des gouffres énergétiques. Les moteurs de recherche utilisent ces salles appelées des « Main Frame ». Il s’agit de centaines de serveurs en lame (serveurs plats emboités comme des tiroirs dans des baies) qui chauffent de façon continue durant leur fonctionnement (ce qui consomme du courant entraine un dégagement de chaleur : effet Joule) et qui demandent un besoin en climatisation non négligeable, élargissant par conséquent la consommation et les émissions de CO2.

Un problème certain se pose cependant, à l’heure où nous parlons du besoin d’économiser l’énergie sur la planète : Les « Main Frame » se multiplient, de plus en plus nombreuses. Quelle en est la cause ? L’évolution du net vers les technologies « Web2 » entraîne un besoin croissant d’espace de stockage, de calculs en ligne, de transfert de flux audio et/ou vidéo à la demande (streaming).

L’informatique est en train de changer. N’avez vous pas remarqué que de plus en plus de grands prestataires de l’internet vous offre, la possibilité de stocker vos photos, de posséder des boîtes de messagerie dont la capacité excède de loin vos réels besoins, de mettre en ligne vos vidéos, de faire vos courriers et vos tableaux de calcul sur la toile, de partager des données et des projets avec le monde entier ? Finalement, vous avez de moins en moins besoin de conserver vos fichiers, à la maison, sur votre ordinateur. De plus la plupart de ces services sont gratuits.! L’argument majeur de ces GRANDS de l’internet : « vous pouvez accéder à vos biens informatiques de n’importe où ! »

En avez vous véritablement le besoin! Posez vous la question!

Il est sage pourtant de ce poser, dès à présent, les bonnes questions. Pourquoi ces services sont-ils gratuits ? Pourquoi vous incite t-on à déposer ce qui vous appartient sur des serveurs tiers ? Pourquoi renforcer ce système alors que l’avenir de la vie sur terre repose sûr la considération d’une décroissance impérative. Il est urgent, de repenser notre façon de communiquer au même titre que notre façon de consommer, nous déplacer et d’habiter.

Des solutions existent :

  • réfléchir à nos besoins réels et les recibler objectivement.
  • se passer le plus possible des systèmes de stockage en ligne
  • choisir, dans le cas d’un besoin de partage d’information (site web notamment) un serveur le plus local possible. Par exemple, pour un site français ne visant pas l’international, il faudra rechercher un hébergeur français dont les serveurs sont situés dans le pays. Faire voyager l’information au bout de la terre à un coût sur le plan énergétique
  • choisir une messagerie la plus locale possible

N.B : Dans le cas d’un besoin de partage d’information, de fichiers (pour une activité professionnelle, une association), il existe des petits serveurs NAS que l’on peut connecter sur le modem ADSL. Certains sont particulièrement peu gourmands en électricité et savent se mettre en veille lorsqu’ils ne sont pas sollicités et même s’arrêter durant la nuit. (Les serveurs de la Marque Synologie consomment environ 15w en veille et ils n’ont pas besoin de climatisation).

Consommation d’énergie grise et émission de CO2 : L’ordinateur personnel

Ce qui est une réalité pour les grands ensembles de serveurs l’est aussi au niveau de notre ordinateur personnel. Si l’on multiplie la consommation d’une machine par le nombre de machines en fonctionnement, le bilan n’est pas brillant.

Aujourd’hui, ne sont pas rares les familles qui possèdent plusieurs appareils informatiques : ordinateurs (souvent plusieurs PC dans la même maison), imprimantes, scanners et périphériques divers. Il faut noter que tout ce matériel est bien souvent alimenté en constant alors qu’il n’est utilisé que quelques heures par jours. La facture énergétique est dans ce cas importante.

J’ai souvent constaté aussi chez des particuliers qu’un ordinateur et ses périphériques restaient allumés alors que personne n’était devant.

Là encore, il existe des solutions :

  • Ne pas multiplier les machines inutilement alors qu’un ordinateur bien configuré peu rendre les services que l’on attend. Pas besoin, d’une machine pour regarder la télévision et d’une autre pour travailler alors que l’on peut tout réaliser avec la même.
  • Éteindre son ensemble informatique en cas de non utilisation.
  • Placer des multiprises avec interrupteur pour éviter les positions veille, qui comme chacun le sait, n’arrêtent pas totalement la consommation (je préconise d’opter pour un modèle équipé d’un parasurtenseur afin de protéger le matériel dans le même temps).
  • Choisir un PC portable en lieu et place d’un PC fixe. L’on peut souvent diviser la consommation par 4 en optant pour un portable. (Un portable consomme en moyenne un peu moins de 50 W, alors qu’une machine fixe avoisine les 200 W)
  • Préférer le système combiné « imprimante – scanner » à des éléments séparés. Il n’y a qu’une seule alimentation sur un tel système.

Ordinateur déchet : doit-on changer d’ordinateur aussi souvent que les vendeurs le préconisent?

Un ordinateur génère des déchets, en principe recyclés, mais ce n’est pas toujours le cas, nous pouvons en voir des exemples encore aujourd’hui.

Les déchets informatiques contiennent des composés dangereux tels que des métaux lourds (arsenic, cadmium, mercure, plomb).

Les ordinateurs contiennent des POP (polluants organiques persistants) qui ne se biodégradent pas, sont toxiques et s’accumulent dans les organismes vivants.

Un équipement inutilisable ne doit pas être jeté avec les ordures ménagères. C’est un déchet dangereux qui doit être rapporté à la déchèterie.
Le recyclage est coûteux pour des appareils électroniques comme les ordinateurs, car il faut séparer les nombreux composants qui sont recyclés dans des filières différentes.

Malheureusement, les filières de traitement des déchets informatiques ne sont pas encore efficaces. Un grand nombre de déchets sont exportés dans des pays du sud où ils ne sont traités dans de mauvaises conditions sanitaires et environnementales.

Il faut donc penser à tout ça au moment ou l’on se dit que l’on veut changer son matériel. Penser à une possibilité de remise en forme de la machine avant d’opter pour la déchèterie.

Un équipement encore en état de marche peut être revendu, donné à un proche ou à une association.

Je vous laisse réfléchir à celà :

« La production d’un machine de 24kg (donc écran pas plat compris) nécessite 240 kg d’énergies fossiles, 22 kg de produits chimiques et 1500 L d’eau.

Soit 1,8 T de « matériaux » dont beaucoup sont dévastateur pour l’environnement (à supposer que les 1500L d’eau soient « pollués »…) »

Dans le monde entier, il se vent environ 300 millions d'ordinateurs neuf chaque année !

Ces ordinateurs deviendront obsolètes, donc des déchets d'ici 2 à 5 ans (sauf recyclage, ce qui n'est pas encore une systématique).

source : Terre Sauvage numéro 194 de mai 2004

Selon la Commission européenne, chaque Européen est à l’origine de 14 kg de déchets électroniques par an, ce qui représente un total d’environ 6,5 millions de tonnes. Un chiffre en augmentation, puisque ces rebuts connaissent une croissance de près de 8 % par an, trois fois plus importante que celles des autres immondices ! 90 % de ces déchets s’entassent dans des décharges ou sont incinérés sans traitement préalable.

Déchets d’équipements électriques et électroniques

Doit-on changer son matériel à chaque nouvelle version du système d’exploitation ?

Avec certains systèmes, l’on se rend compte que la machine que l’on trouvait véloce au début fonctionne au ralenti.

Avant de penser à retourner vers la boutique, il faut peux être se pencher vers d’autres solutions :

  • Ajouter de la mémoire et/ou de l’espace disque (barrettes mémoires, disque dur).
  • Nettoyer son ordinateur ( il existe des logiciels qui font cela très bien).
  • Penser à changer de système, un système Linux est souvent plus rapide et moins gourmand en ressources.

Choisir son système d’exploitation :

Un ordinateur consomme du logiciel marchand, ce qui alourdi grandement la facture énergétique. Ces logiciels ont un coût en fabrication, plus élevé. En effet, il faut compter la part de recherche et développement, mais aussi la structure commerciale internationale qui va avec. Aussi ces logiciels sont commercialisés dans un packaging qui n’est jamais très écologique : utilisation de plastique pour les supports et emballages.

Autre élément important, univers de la consommation oblige, le logiciel marchand à besoin d’un ordinateur toujours plus puissant pour fonctionner correctement.

Choisissez un système Linux, librement téléchargeable sur l’internet et gratuit.

Ce dernier pourra vous rendre les mêmes services qu’auparavant sans les inconvénients des autres systèmes. Il n’y a, à ce jour, plus beaucoup d’incomparabilité avec les différents matériels (Linux Ubuntu, fonctionne à merveille sur de nombreuses machines). N’ayez surtout pas peur du changement, vous verrez que vous ne serez absolument pas perdu.

Finalement, vous vous apercevrez que tous les logiciels que vous achetiez auparavant sont dorénavant gratuit sur Linux.

Gratuit ne signifie pas sans licence : GNU Licence

Comments are closed